La Mort Aux Trousses

la-mort-aux-trousses-tristan-josse-kevin-horem

Exercice effectué dans le cadre de mon école dont le but était

de réaliser un livre illustré.

Avant toutes choses, il m’a paru important de bien choisir mon texte. Il me fallait trouver une histoire que j’appréciais et sur laquelle j’aurais plaisir à travailler.

 Je voulais également être sûr de finir ce projet dans les temps et c’est pourquoi j’ai préféré partir d’un texte assez court. Au-delà de limiter ainsi le nombre d’images, cela m’a surtout facilité le choix des passages à illustrer.

L’intrigue ainsi que le contexte urbain et nocturne de cette nouvelle de Kévin HOREM m’ont inspirées.

Lors de sa lecture, certaines images me sont venues en tête. Après avoir sélectionné celles qui me paraissaient les plus intéressantes, j’ai procédé au découpage du texte. J’avais ainsi une idée bien précise de l’imposition de mon livre (nombres de pages, agencement du texte et des illustrations).

Souhaitant adopter un style graphique semi-réaliste, j’ai commencé par un crayonné assez poussé de mes illustrations. Cette première étape au crayon de papier m’a principalement aidé à construire la perspective.

crayonné-projet-editorial

Pour certaines doubles pages, j’ai dessiné les éléments de l’image sur différentes feuilles avant de la recomposer  sur Photoshop. Cela m’a permis  d’ajuster les rapports de proportions en fonction de la profondeur de champs.

crayonné-projet-editorial-double-page

J’ai ensuite encré mes images au pinceau et à l’encre de chine. Souhaitant obtenir un rendu en noir et blanc sans nuances de gris, j’ai joué avec des aplats et adopter un style de hachures qui peuvent rappeler la gravure sur bois pour traduire les ombres et les lumières.

Afin de pouvoir tester différentes mises en ambiances et trouver le bon équilibre de noir et blanc, j’ai beaucoup travaillé sur des photocopies.

encrage-projet-editorial

Vien ensuite le travail de mise en page. Cette étape n’étant pas mon point fort, j’ai optée pour quelque chose de classique afin d’éviter le « mauvais goût ».

Après quelques passages chez l’imprimeur, de la couture et un peu de découpage/collage, on se retrouve avec une jolie maquette d’un petit livre illustré !

reliure

Subscribe

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

,

No comments yet.

Laisser un commentaire